COVID-19 : selon une nouvelle étude de Transdev Suède, les transports publics risquent d’être exclu après la pandémie

15.06.2020
Transdev Sweden study
Partager

De plus en plus de personnes sont en télétravail et de nouvelles habitudes de déplacement s’installent. C’est ce que démontre une nouvelle étude sur l’impact du COVID-19 menée par Transdev Suède en collaboration avec Yougov sur notre travail et le quotidien dans les transports publics.

Si la crise COVID-19 a bouleversé nos vies à bien des égards, la tendance à travailler ou étudier plus régulièrement de chez-soi semble être une habitude que les Suédois comptent bien conserver. Parmi les étudiants et actifs interrogés, pas moins de 44 % ont répondu avoir étudié ou travaillé à domicile dans une plus large mesure que d’habitude pendant la pandémie et 37 % d’entre eux ont d’ailleurs répondu qu’ils prévoyaient de maintenir ce dispositif après la crise. Une tendance plus évidente chez les hommes (45 %) et chez les plus de 60 ans (53 %).

Pour ceux qui peuvent télétravailler, je pense que la crise a servi de tremplin au digital. Beaucoup ont constaté qu’il était possible de travailler plus souvent de chez soi, ouvrant de nouvelles perspectives à ceux qui souhaitent concilier vie à la campagne et travail en ville. Même pour ceux qui vivent et travaillent dans les grandes villes, cela signifie que vous pouvez gagner du temps sur vos déplacements en travaillant à distance plus souvent qu’auparavant. En ce qui concerne les transports publics, cette solution serait bénéfique pour pallier le coûteux trafic de pointe. 

Eva Tiséus, directrice Marketing et Communication de Transdev Suède

Les transports publics risquent de perdre 6,5 % de leurs voyageurs réguliers

Parmi ceux qui déclarent se rendre habituellement au travail ou à l’école en utilisant les transports publics, près de 30 % disent avoir changé de mode de déplacement pendant la pandémie. Sur ce même panel, une personne sur quatre déclare qu’elle n’utilisera plus, ou ne sait pas s’il utilisera de nouveau les transports publics après la crise sanitaire. Cela correspond à environ 6,5 % des personnes ayant déclaré utiliser les transports publics pour se rendre au travail ou à l’école.

Le message encourageant est que la majorité des usagers déclarent qu’ils continueront à utiliser les transports publics après la crise sanitaire. Mais l’étude montre également que 2 % ont déjà trouvé des modes alternatifs de transport et que 4,5 % ne savent pas s’ils abandonneront leurs nouvelles habitudes au profit des transports publics. Cela montre l’importance de continuer à développer notre offre pour maintenir un service public robuste et en faire une réelle alternative à l’automobile. À Wuhan, en Chine, la part de marché de l’automobile a doublé avec la reprise de l’activité tandis que les transports publics ont diminué de moitié. Une telle situation en Suède serait dévastatrice pour l’environnement.

Eva Tiséus, directrice Marketing et Communication de Transdev Suède

Souhaitez-vous connaitre nos propositions pour faire face à ces enjeux ? Regardez le film ci-dessous avec sous-titres anglais.

YouTube conditionne la lecture de ses vidéos au dépôt de traceurs afin de vous proposer de la publicité ciblée en fonction de votre navigation.
En cliquant sur « autoriser », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser la vidéo. Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Comment pouvons-nous vous aider ?