Depuis 1954...

Notre histoire est celle de femmes et d’hommes qui se lèvent chaque matin, pour accompagner des millions de citoyens à travers le monde, dans leurs activités quotidiennes.

Grâce à nos solutions de mobilité sûres, efficaces et innovantes, nous partageons leurs tranches de vie, au fil de leur parcours : aller à l’école, étudier, se retrouver entre amis ou en famille, au travail, se soigner… Tout simplement vivre.

 

Depuis 1954 cet engagement fait la fierté de nos collaborateurs.

2 collaborateurs de la société transdev posant pour une photo devant un bus
femme avec un long manteau rouge faisant du vélo à vive allure

1954

Création de Transdev

1973

Transdev devient une filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations

logo de couleur rouge et carré de la caisse des dépôts

1989 - 1992

A la demande d’élus de métropoles en France, le service d’appui aux sociétés d’économie mixte de transport public urbain de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) est filialisé en 1989. Il devient Transcet. La même année, la branche transport de la CDC, dirigée par Philippe Segretain, achète Progecar, groupe régional de sociétés de transport par autocar. 

 

En 1992, Transdev s’internationalise. La fusion de Progecar et Transcet place la nouvelle entreprise Transdev (Société européenne pour le développement du transport public) sous le signe de l’Europe.

Premier logo

Transdev

premier logo transdev bleu marine et vert

1997

En 1997, Transdev devient leader de l’exploitation de tramways dans le monde. C’est aussi l’un des premiers opérateurs européens de transport, après avoir remporté les appels d’offre de Nottingham (tramway), Porto (métro) ainsi que celui du réseau de tramway de Melbourne.

4 jeunes garçons faisant du skateboard devant un tramway

2002

La Caisse des Dépôts et Consignations crée un partenariat stratégique avec la RATP qui détenait 25,6 % du capital de Transdev. Ce rapprochement crée une synergie forte entre les deux opérateurs en mesure d’offrir une gamme complète de service transport. La RATP apporte son savoir-faire en matière de ferroviaire lourd et d’exploitation de réseaux de grandes métropoles. Transdev apporte sa connaissance de l’environnement concurrentiel, son savoir-faire dans les réseaux routiers interurbains, tramway et métro léger et sa maîtrise en matière de candidature aux appels d’offres.

2006

En Allemagne, Transdev rachète SZ Group, Verkehrsbetriebe Westfalen-Süd et une partie de la société de chemin de fer régionale Trans Regio.

2010

La RATP sort de Transdev (dont elle était actionnaire à 25,6%) en échange d’actifs français et internationaux.

2011

La fusion Transdev et Veolia transport est effective le 3 mars. La nouvelle entité Veolia Transdev est détenue à 50% par Véolia et 50% par la CDC. Le 6 décembre 2011, Veolia Environnement cède ses activités dans les transports publics. Parallèlement, la Caisse des Dépôts et Consignations confirme son engagement auprès de Veolia Transdev. 

logo rouge et gris Veolia
logo rouge et gris Veolia

2006 - 2009

En 2006, Transdev rachète le premier opérateur néerlandais, Connexxion et devient le quatrième opérateur privé en Europe.

 

En 10 ans, le Groupe aura vu son chiffre d’affaires multiplié par cinq. Plus de la moitié du chiffre d’affaires (52%) est désormais réalisé à l’international.

 

Philippe Segretain, à son départ en retraite, est remplacé en 2008 par Joël Lebreton. En 2009, la Caisse des Dépôts et Consignations et le groupe Veolia annoncent leur intention de fusionner Transdev et Veolia transport.

femme se tenant devant un bus en hiver avec le un visage flouté

2012

Jean-Marc Janaillac est nommé Président-directeur général de Veolia-Transdev.

2013

Deux ans après la fusion avec Veolia Transport, le Groupe fait le choix en 2013 de conserver la dénomination unique Transdev.

Afin de réduire son endettement, Transdev se retire de 10 des 27 pays dans lesquels le Groupe est présent.

 

Le « nouveau » Transdev vise un chiffre d’affaires annuel de 6 milliards d’euros dont 60% en dehors de la France, avec quatre grandes zones : France, Pays-Bas, Amérique du Nord/Grande-Bretagne et Asie-Pacifique-Europe du Sud.

Thierry Mallet, président, homme, bras croisé avec reflet dans une vitre
logo rouge transdev avec petit bonhomme dans un cercle à gauche

2016

En 2016, Thierry Mallet remplace Jean-Marc Janaillac, et devient Président-directeur général du Groupe Transdev.

 

Le 29 juillet de la même année, Veolia et la Caisse des dépôts et consignations, coactionnaires de Transdev, parviennent à un accord permettant de racheter une participation de 20 % détenue par Veolia dans la société de transports.

 

L’accord est finalisé le 21 décembre.

 

La même année, Transdev investit dans l’avenir, en créant Transdev Systèmes Transport Autonome (STA), et développant le Maas.

portrait de thierry malet en costard se tenant devant une vitre

2018

Le Groupe allemand Rethmann, spécialisé dans le traitement des déchets et la logistique, rachète les parts de Véolia.

 

Cette nouvelle structure actionnariale permet à Transdev d’accélérer son développement en France et à l’international.

 

Rethmann dispose de 34 % du capital et la Caisse des Dépôts 66 % des parts.

Transdev, présente dans 18 pays, assume son rôle de leader mondial des mobilités du quotidien, intégrant 15 modes de transports différents, et transporte en moyenne 11 millions de passagers par jour. 

logo rethmann rouge et blanc
logo de couleur rouge et carré de la caisse des dépôts
logo rouge transdev avec petit bonhomme dans un cercle à gauche

L’entreprise prend une avance sur la mobilité zéro émission et commence l’accélération pour proposer des mix énergétiques.

 

Le Groupe Transdev se dote d’une raison d’être : 

 

Permettre à chacun de se déplacer chaque jour grâce à des solutions sûres, efficaces et innovantes au service du bien commun.

2019

Transdev poursuit son développement en France et à l’international.

Côté acquisitions, Transdev continue sa percée en Europe en opérant de nouveaux contrats. 

Dans le même temps, Transdev accélère sa stratégie de transition énergétique. En Hollande, à Amsterdam et Haarlem, Transdev passe une commande de 156 bus électriques au constructeur néerlandais Ebusco, en remplacement de bus diesel et au gaz.

conductrice aux cheveux courts et blonds conduisant un bus

#ACCOMPAGNER
#PARTAGER
#OSER

2 femmes discutant dans un bus

2020

Fort développement des résultats de l’entreprise qui assainit la situation financière et dégage des bénéfices.

 

L’arrivée de la Covid impacte le reste de l’année, et marque un recul drastique de la fréquentation.

 

Thierry Mallet plaide pour un fond de soutien européen des transports publics.

2 femmes discutant dans un bus

2022 : des enjeux pour tous, des défis locaux

Le constat est le même partout dans le monde. La crise sanitaire a considérablement fait évoluer les comportements et les fréquences de déplacement dans les transports publics. « Heures de pointe », « heures creuses », ces mots ont perdu en précision. En 2022, les flux de mobilité ne sont pas toujours revenus à leur niveau de 2019. C’est l’idée même de la mobilité qui a évolué pour des raisons multiples qui se combinent. Le télétravail est l’une des principales raisons, avec pour corollaire, un étalement de la demande de transport. La mobilité inter-périphérique s’est ainsi accrue. L’usage des modes actifs dans les agglomérations, tels que le vélo ou la trottinette, s’est popularisé.

 

Cette période a également permis de constater les effets positifs de la réduction du trafic automobile sur la qualité de l’air. Dans les grandes métropoles aussi bien que dans des zones moins bien desservies, ce qui n’était parfois qu’expérimentation énergétique, logistique ou numérique est devenu réalité. La crise sanitaire a eu un effet accélérateur. Le temps presse, si l’on souhaite collectivement limiter la hausse des températures à 1,5 degré à l’horizon 2100. Il est impératif pour cela de suivre les préconisations des Accords de Paris, ainsi que de contribuer aux 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU, et le récent bouquet de lois de l’UE, Fit For 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES) à 55 % en 2030, et à 0 en 2050.

Brochure institutionnelle 2022

Télécharger la brochure institutionnelle 2022