MaaS Alliance : point de vue d’Hubert Joseph-Antoine sur le MaaS et les transports publics

31.05.2021
Partager

Le 10 mai 2021, dans le cadre de la MaaS Alliance, Hubert Joseph-Antoine, membre du conseil d’administration et directeur de la stratégie du Groupe a été interviewé sur https://maas-alliance.eu/.

 

Transdev a rejoint la MaaS Alliance en 2019. Qu’est-ce qui vous a poussé à adhérer ? Quels sont pour vous, en tant qu’entreprise de mobilité mondiale, les principaux avantages de faire partie de la MaaS Alliance ?

Transdev est l’un des premiers opérateurs de transport public à avoir perçu l’importance du MaaS dans la mobilité du futur ; nous avons été l’un des premiers investisseurs dans MaaS Global en créant, via notre filiale Cityway, l’appli Moovizy à Saint-Étienne et le compte mobilité  » Compte Mobilité  » à Mulhouse.

En 2018, Transdev a mis en place une équipe dédiée au MaaS pour mieux comprendre comment le MaaS sera déployé dans les villes et comment un opérateur de transport public comme Transdev s’y intégrerait. C’est la même année que la MaaS Alliance avait invité Transdev à participer exceptionnellement à ses plénières et ateliers. Le MaaS est un domaine qui réunit de nombreuses entreprises de différents domaines qui ne travaillent pas nécessairement ensemble dans leurs activités principales respectives. La MaaS Alliance est un lieu de rencontre pour ces différents acteurs et start-ups de l’industrie ; elle donne l’opportunité d’apprendre à se connaître et à se comprendre pour créer les conditions d’un futur partenariat public-privé.

En tant que leader du transport public dans le domaine du MaaS, il était naturel pour Transdev de devenir un membre à part entière en 2019 et de prendre ainsi part aux ateliers et discussions qui façonnent le cadre du MaaS. Le principal avantage de faire partie de l’Alliance MaaS, pour une entreprise de mobilité mondiale comme Transdev, est certainement de comprendre l’écosystème global et de faire connaître son point de vue.

Si vous regardez maintenant 5 ans en arrière, l’industrie de la mobilité a beaucoup changé. Quels sont les changements les plus remarquables dans le secteur de la mobilité et surtout dans votre activité ?

Il y a cinq ans, les vélos électriques partagés étaient en plein essor, puis les sociétés de trotinettes électriques partagés ont fait leur apparition dans la plupart des grandes villes du monde. La numérisation de la mobilité lancée par Uber a transformé la façon dont les gens consomment la mobilité légère et partagée. Ces fournisseurs de services de mobilité innovants étaient la pièce manquante pour combler le vide et fournir aux utilisateurs une solution alternative à leur propre voiture en offrant le premier et le dernier kilomètre aux transports publics.

Par conséquent, les changements les plus remarquables dans l’industrie de la mobilité sont la multitude d’offres nouvelles et complémentaires disponibles pour le voyageur qui permettent de déployer le MaaS où le transport public représente la colonne vertébrale.

En ce qui concerne spécifiquement les transports publics, nous avons assisté à l’accélération de la numérisation des transports publics, de la planification des transports au système d’acheminement ou de l’information des passagers à la billetterie. Cette numérisation a permis de nouveaux usages des transports publics comme le post-paiement ou le micro-transport dynamique à la demande.

Il est également important d’ajouter que le COVID-19 a eu et a toujours un impact énorme sur la mobilité et a défini de nouvelles attentes de la part de l’utilisateur final. Les villes ont redessiné leurs rues pour permettre à davantage de vélos de circuler en toute sécurité. Malheureusement, les gens ont recommencé à acheter des voitures, mais au moins elles sont de plus en plus électriques. Et les transports publics ont dû accélérer leur numérisation (information passagers en temps réel, billetterie mobile, paiement mobile, etc.).

Selon vous, à quoi ressemblera le MaaS dans les 5 prochaines années ? Quelles sont les tendances émergentes ?

Au cours des cinq prochaines années, le MaaS passera du stade de tests et de l’apprentissage à celui de l’exploitation commerciale complète. Avec l’accélération de la numérisation des transports publics, de nombreuses villes prévoient actuellement de déployer une solution MaaS dans les 24 prochains mois. En outre, nous observons que les AOM ont clairement compris l’importance des solutions numériques dans la planification de la mobilité et ont donc décidé de prendre le contrôle de la gestion des opérations MaaS. Nous observons ici deux tendances principales. La première est que dans la plupart des villes moyennes, l’AOM gérera le MaaS selon un modèle B2G. La seconde est que les employeurs s’impliqueront de plus en plus dans la mobilité de leurs employés et seront un catalyseur pour le MaaS B2B.

Chez Transdev, nous pensons que le MaaS doit être considéré comme un outil de gouvernance puissant pour les AOM afin d’organiser des systèmes de mobilité intelligents et durables alignés sur les objectifs du Green Deal européen. Nous pensons que ces innovations doivent servir le « bien commun » en améliorant l’accessibilité, la durabilité et la fiabilité de la mobilité, ce qui fait directement écho à l’objectif de notre propre entreprise. C’est pourquoi Transdev a défendu la souveraineté numérique des AOM en matière de mobilité dans le cadre de la LOM (Loi d’Orientation des Mobilités) et continuera à défendre ce principe dans le cadre de la révision de la directive ITS.

Vous êtes un grand opérateur de transport public présent dans de nombreux pays, quelles différences voyez-vous entre les pays en termes d’opportunités, de développement et de comportement des utilisateurs de MaaS ?

L’Europe, le Canada et l’Australie/Nouvelle-Zélande sont les régions où nous constatons une réelle détermination à faire du MaaS un succès. Ensuite, cela dépend vraiment des villes ou des régions. Il n’y a pas de pays spécifique mais si nous devions citer les plus actifs où nous opérons, nous dirions les Pays-Bas avec ses sept appels d’offres MaaS, la France et plus récemment le Royaume-Uni.

En ce qui concerne le comportement de l’utilisateur, personne ne peut répondre à cette question pour l’instant car nous sommes toujours en période de test et d’apprentissage dans un contexte de pandémie où les gens ont été incités à rester chez eux. J’espère que nous serons en mesure de répondre à cette question en 2022.

La pandémie mondiale a eu un impact sur le secteur de la mobilité et la façon dont nous nous déplaçons. Quel a été le principal impact (négatif/positif) pour Transdev et quelles opportunités voyez-vous pour l’avenir ?

L’impact négatif est indéniablement la baisse du nombre de nos utilisateurs réguliers (-46% en moyenne en 2020 dans les réseaux Transdev) liée au manque de fidélité. L’impact positif est que nous avons dû réagir et trouver de nouvelles façons de servir nos clients qui continuent à utiliser nos services. Être innovant là où nous ne l’aurions pas forcément été sans la pandémie. Les technologies de désinfection sont un bon exemple de cette nouvelle dynamique. Nous avons également observé une formidable accélération du déploiement de solutions numériques pour fournir des informations plus précises et en temps réel aux voyageurs sur la capacité/charge, l’heure d’arrivée et de départ, la sécurité et surtout les technologies de billetterie sans contact. Le développement du télétravail pourrait également avoir un impact durable sur les comportements de mobilité et les politiques de perception des tarifs. Nous avons également travaillé dur pour protéger nos employés de première ligne, ce qui a créé une grande solidarité entre tous les membres de Transdev.

 

hubert-joseph-antoine
Comment pouvons-nous vous aider ?