Journée thématique Trans.Cité : La mobilité en Île-De-France, des enjeux économiques, sociétaux et environnementaux

Les journées d'études thématiques de l'association Trans.Cité se sont tenues à Versailles, les 18 et 19 mai derniers. A l'invitation de Claude Jamati, vice-président chargé des transports de Versailles Grand-Parc et maire de Bailly, une soixantaine d'élus et d'acteurs des transports pulics ont échangé sur la question de la mobilité en Île-de-France à l'aube du déploiement des chantiers du Grand Paris.

L’Île-de-France a été retenue comme périmètre géographique des dernières journées de Trans.Cité, car elle est la région où les enjeux liés aux transports et aux nouvelles mobilités se cristallisent de manière intense. Les travaux du Grand Paris, entrés dans leur phase opérationnelle, illustrent l’interaction vertueuse entre transports, aménagement urbain et développement économique. Qu’il s’agisse du Grand Paris Express (1) ou du Grand Paris des Bus (2), l’ambition affichée est de désaturer des réseaux routiers en jouant la carte de l’interconnexion et de l’intermodalité, de désenclaver des quartiers ou des villes insuffisamment desservis, de limiter les impacts environnementaux et de redéfinir de nouveaux bassins d’activités et d’emplois.

Ces journées d’études ont également permis de mesurer combien les défis de la mobilité sont partagés avec la même intensité par les différents acteurs du transport qu’ils soient franciliens ou en région. En effet, le choix d’un mode de transport (bus, tramway, tram-train, câble...) d’une énergie alternative (hybride, gaz naturel, hydrogène, biocarburants...) ou le renouvellement d’une flotte de véhicules ne peuvent se faire qu’en phase avec les spécificités des territoires. Cela se vérifie sur le terrain avec le choix du Tram 13 express pour les 19 communes de Versailles Grand-Parc, celui de Téléval-Câble A, le premier téléphérique urbain d’Ile-de-France reliant Créteil et Villeneuve-Saint-Georges, celui du tram-train à Mulhouse ou du tramway à Reims.

Thierry Mallet, président du groupe Transdev, a marqué de sa présence ces journées d’études. L’occasion pour lui de rappeler la volonté du Groupe d’apporter à la région Île-de-France des solutions de transport pragmatiques, d’améliorer les temps de parcours et de renouveler l’expérience passager. Thierry Mallet a notamment précisé que Transdev était candidat à l’exploitation des nouveaux tramways, à celle du Tram 13 express, en cas de déclassification SNCF ou encore à l’exploitation des métros automatiques du Grand Paris et du Charles-de-Gaulle Express.

Optimiser le réseau, faire plus avec moins et innover sans cesse aux côtés des collectivités locales au travers des mobilités classiques et nouvelles, telle est l’ambition de Transdev

Thierry Mallet, président directeur général de Transdev

On pressent combien les nouvelles mobilités vont redessiner les contours de la ville « entre le construit et la nature », entre l’urbain, le péri-urbain et les zones rurales. « Parce que la mobilité mobilise de très nombreux acteurs et opérateurs publics et/ou privés, la question de sa bonne gouvernance sera l’une des clés de la réussite de cette révolution en profondeur et durable dessystèmes de transport », a conclu Pascal Bolo, président de Trans.Cité et 1er adjoint au maire de Nantes.


(1) Grand Paris Express : 68 gares, 200 km de lignes de métro automatiques nouvelles...

(2) Grand Paris des Bus : 14 lignes optimisées dans Paris et la petite couronne, 9 réseaux renforcés dans la grande couronne d’ici à 2017, 1 000 nouveaux bus et de nouvelles lignes créées d’ici à 2020...