Semaine de sensibilisation aux transgenres, 13-19 novembre 2020

20.11.2020
Partager

Au sein de Transdev, nous ne trouvons rien de plus important que de créer un environnement sûr. Un environnement sûr pour nos clients et nos passagers, mais plus encore pour tous ceux qui travaillent au sein de la famille Transdev. Tous nos employés méritent un lieu de travail où ils peuvent se sentir chez eux et où ils peuvent être eux-mêmes. A l’occasion de la semaine de sensibilisation aux transgenres, Transdev a choisi de mettre en avant sa conductrice néerlandaise, Meike Ploeg.

Meike, née à deux pas du siège de Transdev Pays-Bas et conductrice de bus pour la filiale de Transdev Connexxion, parle ouvertement de son travail, de ses collègues et de la Semaine de sensibilisation aux transgenres. « Malheureusement, je ne me suis pas sentie à l’aise chez tous mes employeurs par le passé, mais ici, à Connexxion, je peux vraiment être moi-même ».

Avant que Meike ne prenne le volant du bus, elle a parcouru de nombreux kilomètres pour différents services de messagerie et de colis.

C’était un très bon travail, avec beaucoup de liberté. J’ai toujours aimé conduire. En fait, dès mon plus jeune âge, je jouais toujours avec des voitures miniatures. Cet intérêt est toujours là, je suis une grande fan de sport automobile.

Je ne pouvais pas accepter mon corps tel qu’il était, littéralement. Quelque chose n’allait pas.

Depuis mon enfance, je me sentais différente, mais je ne savais pas vraiment en quoi. Je me sentais différente des garçons de ma classe, mais je ne pouvais pas l’exprimer. On n’est pas un garçon parce qu’on se sent comme une fille, mais on ne peut pas être une fille parce qu’on ressemble à un garçon. Une sorte de no man’s land. Ce n’est que vers l’âge de 12 ans que j’ai commencé à comprendre de plus en plus qui ou ce que j’étais.

Meike Ploeg , conductrice de bus pour la filiale de Transdev Connexxion

A dix-huit ans, j’ai partagé cela avec mes parents et après cela, j’ai commencé à réfléchir sérieusement à ma transition.

Mais il a fallu des années avant que Meike n’ose réellement prendre les mesures nécessaires pour devenir physiquement ce qu’elle ressentait depuis des années.

Mi-2003, j’ai pris la décision et un an et demi plus tard, début de 2005, je suis enfin devenue moi-même. Meike. J’ai finalement été opérée en 2007. Une période s’en est suivie où, bien que plus que jamais, j’étais moi-même, je n’étais toujours pas sûre de moi. J’ai également été assise à la maison pendant quelques années après avoir été renversée dans ma voiture par des voleurs en fuite, une histoire passionnante. Cela m’a laissé avec quelques blessures au dos. Ce n’était pas une période facile. Ce n’est qu’au cours des six derniers mois que je me suis rendu compte que presque tout le monde se critique. Cette autoréflexion m’a énormément aidé. Depuis, je suis devenue plus sûre de moi et j’ai appris à m’aimer davantage. En fait, c’est une sorte de deuxième ‘coming out’.

Meike Ploeg, conductrice de bus pour la filiale de Transdev Connexxion

Un ami qui était déjà chauffeur pour Connexxion a persuadé Meike de passer du statut de coursier à celui de chauffeur de bus.

Si j’avais su à quel point ce travail est amusant et que les collègues sont si sociables et compréhensifs, je l’aurais fait beaucoup plus tôt.

Au sujet de ma voix, je suis devenue un peu plus insécure ces derniers mois. Surtout au téléphone, il m’arrive de me sentir « mal dans ma peau ». C’est pourquoi je suis maintenant suivie par une orthophoniste, afin que ma voix soit plus féminine et qu’elle me corresponde mieux.

Être transsexuelle n’est pas une « chose » ici, ce n’est pas une question difficile. Cela, ajouté à mon autodérision et à ma vision humoristique des choses, m’a permis de me sentir très vite chez moi ici. Mais malheureusement, ce n’est pas encore le cas pour tout le monde et partout. C’est pourquoi c’est une bonne chose qu’il y ait une semaine de sensibilisation aux questions des transgenres, cela me permet pour la première fois d’oser demander ouvertement de l’attention pour moi-même.

Meike Ploeg, conductrice de bus pour la filiale de Transdev Connexxion

Cette semaine est consacrée dans le monde entier à accroître la visibilité de la communauté transgenre et à attirer l’attention sur les problèmes auxquels sont confrontés les transsexuels.

En grande partie grâce aux bons contacts avec ses collègues, Meike apprécie chaque jour dans le bus.

Nous conduisons ici dans l’une des plus belles régions de notre pays. Les itinéraires à la campagne sont magnifiques, quelle que soit la saison.

Je suis également heureuse que la porte avant du bus soit à nouveau accessible, le contact personnel avec les passagers m’a manqué. J’apprécie tout particulièrement le contact avec les enfants. Je veux leur montrer que le bus ou le conducteur ne fait pas peur. Au contraire, c’est très amusant. Notre travail est vraiment très gratifiant.

Je pense que la force de notre profession est que nous sommes tout autant le reflet de la société que des passagers de notre bus. Au sein de notre entreprise, vous trouverez de tout : tous les âges, toutes les religions, toutes les orientations sexuelles. Tout comme les passagers que nous transportons chaque jour.

C’est pourquoi je sens que je peux être moi-même ici. Je suis ce que je suis ; maintenant plus que jamais !

Meike Ploeg, conductrice de bus pour la filiale de Transdev Connexxion

Comment pouvons-nous vous aider ?